Etude réalisée en 2010 – 2011 en vue d’un concours (date non encore précisée)

Avec l’augmentation des bateaux de plaisance, les installations portuaires sont à saturation. Selon le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la mer, la France dispose de 170 000 places pour les bateaux de plaisance sans compter les mouillages hors ports. Or, les immatriculations progressent en moyenne de 25 000 unités par an et la demande est estimée aujourd’hui à 54 000 places.

La création d’un port à sec répond donc parfaitement aux exigences et aux objectifs déterminés par les collectivités territoriales en terme de :

  • Création d’activités et création d’emplois
  • Développement d’alternatives au manque de place dans les ports
  • Respect de l’environnement